VU-mètre

Le VU-mètre est un afficheur fréquemment présent sur les amplificateurs de chaîne hi-fi et de tables de mixage. Il indique la puissance moyenne du signal en unités de volume.



Catégories :

Enregistrement sonore - Traitement du son - Instrument de mesure électrique

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Déterminons une unité de volume, soit un récipient de 10mm de haut par... Ainsi, un VU mètre indique 0 dB pour un signal permanent de 1000 Hz à –8 dBm.... (source : voyard.free)

Le VU-mètre est un afficheur fréquemment présent sur les amplificateurs de chaîne hi-fi et de tables de mixage. Il indique la puissance moyenne du signal en unités de volume.

Le VU-mètre est un indicateur à réponse intentionnellement lente, qui écrête les pics et les coupures locales pour ne restituer qu'une moyenne temporelle du signal, ce qui sert à apporter une mesure de la puissance sonore. Cet appareil, conçu et mis au point en 1939 grâce aux recherches combinées des Laboratoires Bell et des chaînes américaines CBS et NBC, devait servir à mesurer ainsi qu'à homogénéiser la puissance sonore des lignes de téléphone. L'instrument servant à mesurer le signal s'appelait à l'origine volume indicator (VI)  ; mais la majorité des constructeurs l'ignorent actuellement et l'appellent VU-mètre.

La définition réglementaire de l'unité de volume (VU) est :

«L'indicateur de volume marquera 0 VU quand il sera connecté à une résistance de 600 ohms débitant 1 mW de puissance sous un signal sinusoïdal de 1 000 Hz [1] [2]

L'échelle VU standard va de −20 à +3. Les temps de montée et de descente de l'aiguille du galvanomètre (utilisé dans l'ensemble des VU-mètres jusque dans les années 1970) sont tous deux de 300 millisecondes, ce qui veut dire que si on applique brusquement un signal sinusoïdal d'amplitude 0 VU, il faudra 300 ms à l'aiguille pour afficher 0 sur l'échelle : cet instrument, qui se comporte comme un circuit intégrateur de pleine longueur d'onde, n'est pas le meilleur pour capter les niveaux de pic.

Les performances des VU-mètres sont régies par les normes ANSI C16.5-1942, British Standard BS 6840, et l'IEC 60268-17.

Autre orthographe : vumètre [1]

Applications du VU-mètre

Ce magnéto-cassette Dual C-202 présente deux VU-mètres analogiques sur le panneau de commande.

Dans les années 1950-70, les magnétophones et lecteurs de cassettes utilisaient des VU-mètres analogiques qui n'étaient rien d'autre que des galvanomètres. L'aiguille restait aimantée quelque temps chaque fois qu'elle venait en butée sur l'extrémité du cadran. Le premier tuner haute-fidélité, l'Advent, ne présentait qu'un seul VU-mètre, qu'on pouvait commuter pour prendre le niveau de chaque canal de la stéréo scindément, ou la moyenne des deux, mais ce choix technique ne fut jamais repris ensuite. Quand les LED apparurent sur le marché, on les utilisa en premier lieu pour marquer les niveaux de pic (maximums et minimums), jusqu'à ce qu'on s'avise d'en accoler plusieurs côte à côte pour remplacer le galvanomètre traditionnel[2] ; enfin les afficheurs fluorescents puis à cristaux liquides, n'étant pas soumis aux lois de la mécanique, supprimèrent la contrainte du temps de réaction de l'affichage. Le Nagra V, ultime version du magnétophone professionnel à bande magnétique, qui date du milieu des années 1960, utilisait toujours des galvanomètres comme VU-mètres.

En plus du niveau moyen, il est envisageable d'afficher les niveaux de pic. En général, le niveau d'enregistrement ne doit pas dépasser, ou alors uniquement particulièrement ponctuellement, la zone rouge du VU-mètre, c'est-à-dire la marque 0 VU. Si le niveau est trop bas, le niveau de bruit sera assez important et noiera le signal. Si le niveau est trop élevé, la qualité du son et la réponse fréquentielle s'appauvrissent, et les effets de saturation sont spécifiquement sensibles dans le domaine de l'enregistrement digital. Les dispositifs étalonnés pour enregistrer la voix incorporent le plus souvent un contrôle automatique du volume, que les lecteurs bon marché ne peuvent prendre en défaut.

Les magnétoscopes ne disposaient d'un VU-mètre que dans les particulièrement rares cas où un réglage manuel de la puissance du signal était envisageable, une option davantage utile pour l'enregistrement de concerts live que pour les émissions de radio ou de télévision, où les signaux sont déjà traités par compression.

Annexes

Liens externes

Bibliographie

Notes et références

  1. source : dictionnaire encyclopédique Hachette
  2. Les programmes d'installation des logiciels présentent souvent une animation graphique représentant des LED en batterie pour marquer l'avancement de l'installation.

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/VU-m%C3%A8tre.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 07/04/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu