Synthèse par modélisation physique

La synthèse par modèle physique consiste à produire un son à partir de la description physique d'un objet et de la manière dont on va l'agiter.



Catégories :

Traitement du son

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La synthèse par modèles physiques est une nouvelle technique de création sonore qui fait l'objet de recherches et développements depuis désormais une... (source : virtualacoustic.free)
  • Modélisation numérique et physique du comportement des sols et des roches (2001- 2004)... Comment, dans les modèles physiques, reconstituer de la façon la plus.... Une synthèse sur les usages de la trémie de pluviation du sable et du ... (source : lcpc)
  • une session d'introduction sur les modèles de synthèse du mouvement. une session pour donner les bases techniques de la modélisation physique pour... (source : www-igm.univ-mlv)

La synthèse par modèle physique consiste à produire un son à partir de la description physique d'un objet et de la manière dont on va l'agiter. Les techniques de synthèse additive, soustractive, granulaire etc. permettent de créer des sons de toutes pièces, à partir, peut-être d'une décomposition (analyse), mais en particulier d'une recomposition (synthèse) des différents éléments "sonores", qui composent le son qu'on veut entendre.

La synthèse par modèle physique fonctionne dans l'autre sens : on donne les caractéristiques physiques de l'objet qu'on veut "entendre", dimensions, densité et fréquemment d'autres paramètres, de même les caractéristiques de l'objet qui va l'agiter : si c'est un marteau, par exemple, ses dimensions et sa densité, toujours, mais également la distance de laquelle il part, à quelle vitesse, et si le mouvement est constant, absorbé ou accéléré. Les premiers résultats ressemblent fréquemment aux débuts d'un instrumentiste, comme l'apprenti flûtiste qui n'arrive pas à sortir son premier son parce qu'il n'a pas trouvé la position (assez précise) pour mettre en vibration l'air qu'il souffle contre l'embouchure.

Cette idée est particulièrement ancienne dans l'histoire de la synthèse sonore (qui ne l'est pas énormément), mais les solutions pratiques sont finalement assez peu nombreuses.

En effet, si on cherche à décrire, avec les outils de la physique, l'intégralité des paramètres qui interviennent dans la formation du son d'un violoncelle, de la force du bras qui tient l'archet jusqu'à la manière dont sont filées les cordes, on arrive particulièrement vite à une quantité de paramètres complètement inutilisable pour la majorité des musiciens (même si le problème est particulièrement intéressant du point de vue de la physique).

Il existe plusieurs méthodes de synthèse par modèle physique, chacune utilisant un paradigme différent pour décrire de manière, sinon simple, du moins environ utilisable, des objets vibrants à destination musicale.

La synthèse modale utilise des modèles simples (corde, plaque... ) combinés entre eux. Toute la complexité est masquée par le modèle, et on en contrôle les paramètres de manière assez simple (suivant l'interface dont on dispose). Ce type d'approche est cependant limitée aux modèles existants (leur création et est réservée aux spécialistes) et ce n'est pas une approche pensée pour l'interaction, même si la puissance des machines permet d'utiliser de plus en plus de techniques en temps réel.

Le guide d'ondes numérique découvert par Julius Orion Smith en 1985 sert à modéliser des cordes et des tuyaux. L'algorithme a été conçu en utilisant des outils mathématiques adaptés au calcul par ordinateur et est par conséquent particulièrement rapide à calculer, en donnant la possibilité l'utilisation dans des synthétiseurs : le VL-1 de Yamaha est ainsi le premier synthétiseur à proposer d'utiliser des modèles physiques pour générer des sons grâce à cette technique.

L'algorithme de Karplus-Strong est un modèle de corde pincée particulièrement efficace qui résout surtout le problème de l'attaque et de la naissance progressive des harmoniques dans les premiers instants de l'émission de la note. Le site de Julius O. Smith héberge quelques exemples sonores.

La modélisation physique particulaire représente les objets physiques comme des assemblages de masses ponctuelles répondant aux lois de Newton et interagissant. Initiée par l'ACRŒ, cette méthode a ensuite été mise en œuvre par d'autres centres de recherche, surtout à l'Université de York (Cymatic, Tao).

Ces diverses méthodes de formalisations d'objets vibrants sont d'un accès plutôt complexe au musicien habitué à contrôler le son de son instrument par les mouvements de ses doigts, de sa bouche et les variations de son souffle. L'apprentissage et la manière dont on trouve un son spécifique est fréquemment le fait d'une expérience intuitive complexe lorsque on manipule des outils particulièrement abstraits. Certains laboratoires comme l'ACRŒ développent des outils donnant la possibilité l'interaction forte d'un humain avec des modèles physiques en couplant des dispositifs de capture de geste à retour d'efforts à des outils de génération de son en temps réel. On recrée ainsi totalement un modèle virtuel d'instrument.

Logiciels

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Synth%C3%A8se_par_mod%C3%A9lisation_physique.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 07/04/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu